Carmel de la Trinité
Metz-
Plappeville
Bienvenue
Je suis et serai toujours, par la grâce de Dieu, soumise à l’Eglise.(Ste Thérèse d'Avila-Demeures, prol.3)

Pour contempler le désir de Dieu de nous unir à Lui dans la Trinité de ses Personnes,
nous avons choisi quelques extraits du livre de Ste Thérèse-Bénédicte de la Croix (Edith Stein)
« La Science de la Croix »  qui reprend l’enseignement de St. Jean de la Croix et le développe
pour, je l’espère, nous donner envie de nous y livrer !

p 219 -  Extrait du chapitre « Union avec la Sainte Trinité »trinitemisericor.gif

"Toutes les Trois Personnes font leur demeure dans l’âme.
On cherche à décrire quelle part chacune prend à cette œuvre divine de l’union.
La brûlure, la main et la touche sont substantiellement une même chose.
On leur donne cependant d’autres noms en raison des effets qu’elles produisent.x
La brûlure c’est l’Esprit Saint, la Main, le Père et la Touche le Fils.
Chacune des Personnes fait à l’âme un don spécial.
A l’Esprit-Saint qui est feu d’amour, l’âme doit la brûlure suave.
Le Fils lui fait goûter par la touche délicate la vie éternelle.
Le Père la transforme en Dieu par sa douce main.
Et cependant l’âme parle de l’unique Divinité car les Trois Personnes opèrent ensemble,
et ainsi elle attribue tout à une seule Essence et tout à chacune des Trois Personnes.
(…)Le propre de l’amour, c’est de scruter toutes les richesses du Bien Aimé !
"  

                                                                                                          p. 266 -  Extrait du chapitre « Le chant nuptial de l’âme »

"Dans l’union avec son Epoux céleste, l’âme est comblée de dons,
parée de force et de grâce, plongée dans l’amour et la paix…
Elle est introduite dans le cellier intérieur,
le sanctuaire le plus caché de l’amour où Dieu se communique Lui-même à elle
et la transforme en Lui-même.
Toute remplie de l’immense béatitude de cette vie nouvelle, de cette vie divine,
elle en oublie toutes les choses de ce monde.
Et de même que le Bien-Aimé l’entoure d’une tendresse incomparable,
ptit_edith_pensive.gifelle se donne aussi à Lui sans retour, ne vivant que pour Lui.
En cette union toutes les vertus s’épanouissent,
l’âme découvre avec bonheur la beauté dont elle est parée à ce moment.
Elle sait que toute cette richesse, elle la doit uniquement au regard plein de grâce
que Dieu a jeté sur elle, aussi ne veut-elle en user pour rien d’autre
si ce n’est pour en réjouir le Donateur Lui-même.
Le Seigneur Lui-même veille à ce que disparaisse
tout ce qui peut faire obstacle à une union durable.
Et c’est ainsi qu’Il peut introduire l’âme dans le jardin désiré
où elle peut désormais en parfait repos demeurer auprès de Lui.
C’est dans la plus profonde solitude qu’Il l’introduira
dans les mystères cachés de la Sagesse,
la laissant s’embraser aux flammes de l’amour.
Aucune créature ne pourra voir quoi que ce soit
de ce que Dieu prépare pour l’âme qu’Il a cachée à jamais en Lui…"

« La Science de la Croix » (Editions Nauwelaerts, 1956)